La vengeance était en rose

6a0105358bb421970c0133f371e4f3970b

Oui, oui je sais.

Ce blog prend la poussière à tel point qu’on dirait la partie romans-sans-images-et-pas-adaptés-au-cinéma d’un CDI. Négligence d’autant plus coupable qu’au vu des remous agitant en ce moment le Collège Crimea, une séance de catch entre Godzilla et King Kong aurait des allures d’aimable plaisanterie. Mais une volonté aussi altruiste que débile de finir les programmes scolaires, une vie sociale débridée (enfin, aussi débridée que possible à trente-et-un balais) et une pile de bouquins / séries / jeux vidéo de la taille de la tour de Pise nuisent un peu à mes velléités d’écriture.

Pour me faire pardonner, une petite brève en attendant les vacances, afin de vous donner un aperçu de l’état mental dans lequel se trouvent les enseignants à qui vous confiez inconsciemment vos enfants (monstres).

Séance en salle informatique avec les 5ème Ballon l’autre jour. Les 5ème Ballon, j’en ai déjà parlé dans mon dernier billet, disons que ce n’est pas spécialement la classe qui te redonne foi en ton boulot de prof. Il convient donc d’adopter avec eux une attitude un peu plus ferme qu’avec les autres classes, à savoir les menacer de sévices divers et variés, comme par exemple promettre que le prochain qui l’ouvre, tu demanderas à facebook de ferme son compte, si si c’est possible (les 5ème Ballon sont heureusement crédules). Me voilà donc en train d’installer mon troupeau devant les pathétiques ordinateurs mis à notre disposition, priant pour qu’ils démarrent tous sans nous exploser à la gueule.
Miracle, la séance se déroule plutôt bien, même si j’ai un peu l’impression de passer mon internat en psychiatrie. Je navigue d’un gamin à l’autre, félicitant Anette d’avoir écrit six lignes en deux heures (mais en attendant, elle n’a frappé absolument personne), expliquant à Henri que oui, pourquoi pas un zombi sur la couverture de l’histoire qu’il est en train de taper, mais s’il pouvait le représenter autrement qu’en train d’énucléer l’héroïne avec ses dents ce serait mieux, hmmm ? ou bien consolant du mieux possible Rachida qui fait une crise de larme parce que « monsieeeeeeeur je sais pas faire le chapeau chinois sur un ordinateuuuuuuuuur ! » (elle parle de l’accent circonflexe hein. Oui oui, en fin de cinquième).

Tout se passerait pour le mieux dans le meilleur des mondes – enfin, un monde dans lequel existent la 5ème Ballon et NRJ12 – si Jonah n’était pas là. Oui, le même Jonah que la dernière fois. Au bout de huit minutes à batailler ferme (lire : à lui promettre que je viendrais chez lui pour effacer le disque dur de sa Xbox), j’ai réussi à le faire s’assoir devant un écran et à ouvrir le traitement de texte. Ce qui représente déjà une immense victoire. Le souci est qu’il est assis à côté d’Hayat. Hayat est toute menue a de grands yeux bleus et comprend vite si tu lui expliques longtemps. Elle tape gentiment sa rédaction, dont j’ai éradiqué les fautes d’orthographe mais hélas pas le côté cucul et dans laquelle, donc, la détective Angelina Superstar enquête accompagnée de son chat Brad qui a la fourrure violette (argh).

Et pendant que je suis en train d’expliquer dans quel sens tenir un clavier à Nacer, j’entends Jonah se foutre d’Hayat, que d’abord elle est trop conne et qu’elle regarde Dora l’exploratrice, et qu’elle aime les Petits Poneys, genre c’est trop une pauvre fille.
Je tente d’intervenir mais, Loïc et Anaëlle menaçant d’en venir aux mains pour une sombre histoire de plagiat (les deux ont utilisé le mot « et » dans leur rédaction), je ne peux arriver à temps, et retrouver donc Hayat en train de pleurer toutes les larmes de son coeur, pendant que Jonah se balance sur sa chaise en me toisant d’un air satisfait. Il sait parfaitement que je n’ai pas le temps de m’occuper de son cas.

Heureusement, la fée de fin d’année scolaire (celle qui organise les barbecue dans la cour à la place des « réunions de coordination » les derniers jours de classe, quand il n’y a plus un seul élève) me fournit l’instrument de ma vengeance quelques minutes plus tard.

La sonnerie retentit, et je demande aux mômes de bien enregistrer leur travail, fermer leur session et éteindre leur ordinateur avant de sortir. Tous obéissent, à l’exception d’un seul élève. Oui, vous avez deviné…

Élève qui, au prochain cours, se retrouvera avec une magnifique image de Dora l’exploratrice en fond d’écran sur sa session, le tout verrouillé par mot de passe.. Ça se passera très précisément à 8h30 mardi 9 juin et je ne raterai ce cours-là pour rien au monde. (je n’aurais rien eu d’autre à faire, j’aurais aussi remplacé les icônes par des coeurs et les sons d’interface par des carillons)

Alors oui. Je suis l’adulte dans un groupe d’élève, je suis censé représenter le modèle. Mais dussé-je rôtir en enfer ou dans la salle d’attente d’une délégation MGEN (c’est la même chose pour un prof), je refuse de bouder mon plaisir sur ce coup-là.

Publicités

2 réflexions sur “La vengeance était en rose

  1. Brigitte Bourdon

    J’adore !! Nos petites « vengeances » sont délectables 🙂 Le coup de demander la fermeture du fb, c’est effectivement bon pour des 5e… Et les 3e, tu leur promets quoi ? Je suis preneuse d’idées !!

    1. H. Samovar

      En quatrième et troisième, en général je ne menace plus, je me moque. 🙂
      En règle générale d’ailleurs, je sors rarement des énormités pareilles mais cette classe est championne toute catégorie dans la crédulité (aaaah l’étude de Bilbo le Hobbit durant laquelle j’ai eu la bêtise d’affirmer que « si si, les dragons ça existe. »… Deux mois plus tard, ils avaient encore un doute.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s