Comment survivre à une réunion de formation sur la Réforme du Collège, chapitre 2

VENGEANCE-PUNK-FOND-TR

 

Cher lecteur. Il y a des jours comme ça. Où, sans le savoir, tu mets en marche les rouages d’une tragédie qui va te poursuivre ta vie durant, ou au moins, jusqu’au deuxième trimestre.

Genre Oedipe quand il a poussé le bonhomme désagréable qui l’empêchait de passer et que, du coup, il a bêtement zigouillé son père.

Ou quand D’Artagnan a croisé l’aristo vénéneuse qui lui a causé tout un tas de misères.

Ou quand j’ai accepté cette journée de formation à la réforme du collège.

Au début je n’ai pas compris dans quoi je mettais le nez. Au mieux, pensais-je, j’apprendrais des trucs. Au pire, j’aurais de quoi alimenter mon blog. Sauf que le destin en avait décidé autrement.

D’abord parce qu’apparemment, le rectorat semble avoir une vision très personnelle du Temps, que n’aurait pas renié le Docteur. En gros, quand tu acceptes d’aller à une journée de formation, il t’en colle trois. Soit. Allons-y.

En plus, j’ai perdu mon sidekick, Nightwing étant, le deuxième jour, convoqué pour un stage sous les ors du théâtre de l’Odéon. Après l’avoir copieusement insulté, je me suis adjoint les services de Robin – qui est enceinte mais au moins aussi efficace que ce freluquet, daltonien d’après ses choix de fringues – et me suis envolé vers un lycée de grande banlieue où nous attendait…

… La Formation à la Réforme du Collège : la Vengeance.

 

ACTE I 

Transis de froid, Robin et moi nous asseyons dans une salle de réunion en compagnie d’une poignée d’autres profs, d’une IA IPR (une sorte de super inspectrice) et une principale de collège. Au mur, un gigantesque diaporama :

« LES AP ET POURQUOI C’EST COOL. » (en gros)

Bon. Ben v’la autre chose. On nous a demandé de réviser les programmes du collège qui s’appliqueront l’année prochaine, mais concernant les AP, nib’. Je me sens comme un collégien trahis par son prof lors d’une interro et me retiens très fort de ne pas beugler « meeeeeuh, c’était pas écrit dans le cahier de texte ! » et tente plutôt de remuer le fond de béchamel figée qui me tient lieu de cervelle en ce lundi matin. D’autant plus qu’on nous demande à chacun, d’entrée de jeu, de poser une question qui nous tirlipipine (comme dirait D., l’un de mes bienheureux latinistes) sur lesdits AP.

tumblr_mmn26wRpWe1s2tifeo1_500.gif

Monsieur Samovar et Robin découvrant le programme de la journée

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est l’AP (et c’est tout à leur honneur) ça veut dire Accompagnement Personnalisé. En gros, il s’agissait, avant, d’heures attribuées « en plus » des heures obligatoires afin de permettre aux élèves de travailler en petits groupes, ou sur des points qu’ils n’avaient pas compris… Le souci étant bien sûr que le nombre d’heures dont disposaient les établissements n’étant pas illimité, il fallait choisir quelle classe allait pouvoir bosser en mini-classes tandis que d’autres se cogneraient des effectifs de 30 toute l’année.

Du coup la Réforme du Collège a eu cette idée géniale : « May way ! On va rendre l’AP obligatoire dans toutes les classes ! Et on les fera pendant des cours « classiques » ! Bon par contre, faudra trouver quelque chose d’autre que les petits groupes, hein, parce qu’on ne va pas rajouter des heures non plus ! »

Autant te dire que l’idée a moyennement remporté l’adhésion. Du coup, la formatrice explique que l’idée serait d’établir des diagnostics sur chaque élève en fin d’année afin de connaître ses points forts et ses points faibles, comme ça, pif pof, même dans une classe pleine de môme, on pourrait le faire bosser efficacement avec ceux qui auraient le même genre de soucis que lui.
Un brin sceptique, un collègue lève la main.

« Mais en gros ça voudrait dire qu’il faudrait qu’on connaisse les élèves ?
– Pas si vous faites un diagnostic correct de la situation. » (à prononcer avec des stalactites au bout des mots.

Avec l’inconscience bête qui me caractérise, j’enchaîne.

« Ce que mon collègue voulait dire, c’est que ce serait bien qu’on sache quels élèves on aura l’année suivante histoire de se préparer à les acc…
– SILENCE MORTEL ! PLUS DE QUESTIONS OU NOUS NE FINIRONS PAS LE DIAPORAMA ! »

tumblr_n4hal8ohMF1spwux6o1_500

Et ça fait peur…

Je recule prudemment vers le mur en agitant un bout de viande crue, des fois que. L’explication continue donc à se dérouler dans un silence relatif, tandis que les néologismes fleurissent « barretté », « soclé » et autres « cyclé » se déploient avec un enthousiasme qui me fait mal aux dents. Une fois le fameux diaporama terminé (j’avoue ma déception : vu la réaction de la formatrice, je pensais qu’il se terminait par la découverte de l’emplacement de la Fontaine de Jouvence), on nous invite à nous répartir en petits groupes et à préparer un projet d’AP.

Chouette.

Enfin un peu de concret. Même si cette façon de vouloir personnaliser les savoirs me semblent totalement illusoire, je préfère patouiller avec et tenter d’en sortir le meilleur avec les collègues plutôt qu’on finisse par nous imposer un truc par défaut. Je m’attable donc avec trois autres personnes et nous pondons laborieusement un truc totalement foutraque et indigeste. Clairement, l’AP sous cette mouture va nécessiter que l’on connaisse parfaitement les mômes, que l’on puisse en séparer en groupes (« pas de soucis ! » nous répond-on, « Les CPE ou les documentalistes pourront s’en charger ! »… On aurait dû y penser avant, à ces planqués dans leurs bureaux et leurs CDI !) et que les profs disposent d’un maximum de temps pour bosser ensemble.

En jaugeant nos productions d’un oeil satisfait, formatrice numéro 2 nous lance avec satisfaction :

« Vos travaux seront peut-être mis en ligne sur le site de l’Académie. On manque encore de ressources pour l’AP ! »

Horreur. On vient de nous expliquer que le projet est si peu avancé que cet embryon de brouillon de truc va servir de modèle à des enseignants en galère ? Alors que je me pince très fort pour me persuader que tout ça n’est dû qu’à un abus de fromage à raclette, Robin vient me tirer de ma stase pour aller déjeuner.

 

ACTE II

Je cherche à récupérer ma mâchoire qui vient de choir sur le lino. Un nouveau couple de formateurs a pris place dans la salle. Un monsieur en costume, l’air plutôt détendu et à côté.

B.

B. est mon ancienne principale-adjointe. B. capable de recevoir cent élèves de troisième en une semaine pour régler avec eux les derniers soucis de leur orientation et, le lendemain, de te balancer une chaise quand tu viens lui demander l’heure. B. qui m’a doté, pour tous les personnels de direction, d’un amour compact et sans bavure qui leur vaut toutes mes indulgence.

B. est donc formatrice et va nous causer des EPI pendant trois heures (si vous ne vous rappelez plus de ce que sont les EPI, ça se passe par ici.)

J’ai un peu les mains qui tremblent, j’ai l’impression de voir Luke Skywalker tenté par le côté obscur. Et puis B. ouvre la bouche, explique qu’on va regarder un diaporama, mais vite fait hein, parce que bon, c’est un peu chiant. Que oui, en effet, c’est le bordel cette formation, parce que les formateurs n’ont eut leurs consignes que vendredi soir.

B. nous parle comme à des adultes. Des adultes qui ne sont pas forcément d’accord avec ce qui leur est proposé. B. et son comparse défendent leur point de vue. On n’est pas d’accord. On peut le dire. Et oui, les EPI sont trop ambitieux. Mais oui, on a aussi le droit de faire ce qu’on sait faire.

On ne se mettra pas d’accord sur les programmes, trop vagues, sur les horaires disciplinaires fragilisés. Impression surréaliste d’avoir avec B. les conversations qu’il aurait sans doute fallut avoir dans chaque bahut en amont, bien en amont, de cette réforme dont elle reconnaît elle-même « qu’elle arrive beaucoup trop vite. »
Je me reconnais dans son pragmatisme, à défaut d’une partie de ce qu’elle défend.

Je quitte les lieux un peu apaisé. Sans doute parce que mon objectivité a été en partie anesthésiée. Mais aussi parce que je sais que quelques personnes savent qu’on va, comme d’habitude, bricoler. Et qu’on va bien le faire.

Les idées, les principes ont déjà échoué avec la réforme du Collège. Il n’y a qu’à voir la disparité avec laquelle les différents participants se sont emparés des ateliers proposés. Les EPI de Neuilly n’auront rien à voir avec ceux de Colombes ou de Juvisy. L’égalité des chances n’avancera pas d’un iota, les règles du jeu ont juste changé.

« Il faudrait construire sur du stable. » ai-je lancé le matin en ateliers, en parlant des bases grammaticales. Mais de réformes en réformes, nous n’avons construit pour nos élèves qu’un vaste marécage de sables mouvants. Dans lequel nous allons encore jouer les passeurs pour un moment.

ÉPILOGUE

Je croise trois élèves de Crimea, mon ancien collège. Lycéennes désormais.  Sans doute en S ou ES l’année prochaine. La Seconde s’est bien passée. Parcours classique d’un élève issu du Collège Crimea.

À Ylisse, depuis des années, les mômes luttent à la sortie du bahut. En Seconde, les résultats s’effondrent. Les filières « classiques » S, L, ES, sont l’exception.

Alors OK Réforme. Montre-moi. Quand je viendrai pour une formation, dans quatre ans, au Lycée d’Ylisse, je trouverai les mêmes élèves, souriants et sereins. Pouvant atteindre les filières classiques s’ils le souhaitent. Là, peut-être, je croirai en toi.

the-setting-sun-bill-cannon

Publicités

2 réflexions sur “Comment survivre à une réunion de formation sur la Réforme du Collège, chapitre 2

  1. Flomi

    En tant que prof doc, je propose un classement des élèves :
    – par thème
    – par ordre alphabétique
    – par taille (parce que des fois, l’écart entre les étagères, il est trop petit).

    Pour désherber après, la méthode classique est la IOUPI (Incorrect, Ordinaire, Usagé, Périmé, Inapproprié).

    De rien.

  2. L’accompagnement personnalisé a été très mal compris on dirait dans ton coin. En tous cas on nous a expliqué autre chose et ça me parait tellement lus logique que je ne peux m’empêcher de te l’écrire :
    L’accompagnement personnalisé ce n’est pas des heures à part, c’est tout le temps. C’est une démarche de construction des cours et des évaluations qui ne va pas te surprendre, c’est le droit fil de ce qu’on essaie de faire depuis des années.
    Tu évalues d’abord, sans noter (diagnostique) les élèves sur une petite série de compétences et ensuite tu différencies, profitant des possibilités de dédoublement et de co-animation (la DGH est tombée, chez nous on s’en sort très bien, et toi?). Le suivi scolaire des élèves est ainsi mieux personnalisé même si l’ensemble de la classe avance sur les mêmes sujets.
    Je fais ça actuellement sur l’argumentation en 3ème et c’est très efficace. Les élèves sont constamment mobilisés (alors qu’il s’agit de bêtes fiches d’exercices) et s’entraident à progresser dans les compétences. L’évaluation finale a montré un grand progrès.
    De manière générale l’accompagnement personnalisé est un objectif à prendre :
    1° au sens propre
    2° dans l’ensemble de l’établissement.
    Cela correspond au besoin qu’ont les élèves comme les adultes de trouver une place personnelle dans cette collectivité qu’est l’école. Pas facile mais utile et beau challenge!
    Je suis désolée pour toi que cette formation ait été ratée. Les nôtres (pour les profs-relais) au premier trimestre étaient pourries aussi. Mais les deux premières journées de formation dans l’établissement très bien. il faut dire que nous les profs relais avons repris les choses en main, viré les IA et parlé à NOS collègues, avec des problématiques concrètes… Nous avons même demandé à co-animer à 5 les 5 jours.
    Voici notre diapo sur l’AP (mais c’était une heure sur la journée, le reste du temps nous avons mis au point des démarches entre collègues du même bahut et effectué des jeux de collaboration à la fois ludiques et efficaces) : http://pedagogiesalternatives.tumblr.com/post/137707351056/diapo-r%C3%A9alis%C3%A9-par-sandrine-vasseur-christine
    Comme tous les diapos il n’a pas beaucoup de sens sans le discours d’appui mais j’espère qu’il démontrera à ceux qu’il intéressera la bonne humeur et l’esprit positif qui régnaient dans nos sessions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s